Éditorial n°16

Nombreux sont les auteurs de ce numéro qui ont fait l’étude de la représentation du corps à travers différentes formes d’art. Sans avoir été imposée, cette thématique revient tel un leitmotiv dans les textes qui ont été soumis cette session.

C’est vers la fin des années soixante que le corps est véritablement devenu pour les artistes un médium de l’art. Par l’utilisation du corps, les artistes ont développé au fil du temps de nouvelles pratiques artistiques qui reconfigurent notre perception du monde sensible. Le rapport à soi et au monde en a été fondamentalement modifié, abolissant toute frontière entre le corps et le monde. Que l’artiste se questionne sur les limites physiques du corps ou sur les possibilités plastiques et expressives qui le caractérisent, il n’en reste pas moins que le corps s’est transmué en objet d’art. L’espace artistique, dans son aspect ludique et expérimental, offre au corps la possibilité d’explorer le champ des possibles actuels.

Le présent numéro vous offre ainsi plusieurs interprétations et pistes d’étude relatives à l’utilisation du corps en art. De la sculpture antique idéalisant l’apparence de l’homme, au corps modifié par le biais des technologies numériques, en passant par les blessures que s’est infligées Gina Pane et l’expressivité matérielle du corps mis en espace chez Pascal Convert, la manipulation qui est faite du corps témoigne de son potentiel expressif.

Les lauréats du concours de la page couverture, Mirna Boyadjian et James Forrest, ont d’ailleurs exploré les possibilités expressives que peut offrir un corps lorsqu’il est mis en relation avec un autre. Le croisement de l’impassibilité du personnage masculin avec le dynamisme du personnage féminin confère à l’ensemble de l’image un caractère ambigu qui n’est pas sans rappeler les premières œuvres photographiques de Boyadjian. Je vous invite donc à lire le dossier In_visu pour en apprendre davantage sur la pratique artistique de nos deux lauréats.

Le présent numéro se termine avec une réflexion sur la discipline même de l’histoire de l’art. Comment doit-elle s’adapter aux nouvelles pratiques artistiques? L’absence de critère pour déterminer ce qui est art et ce qui ne l’est pas menace-t-elle la discipline? L’histoire de l’art a évidemment su s’adapter aux bouleversements qui ont eu lieu dans les dernières décennies. Ex_situ vous propose tout de même, à travers ses auteurs bénévoles, d’autres interprétations possibles.

Bonne lecture.
Christine Lefrancq

Publicités