Claudia Chan Tak -Le déploiement de la danse dans l’espace public et son essor

tak-danse

Fiche technique : Performance au Marché d’Art vivant 2013 au Marché Saint-Jacques février 2013, La Buvette des carnivores avec Claudia Chan Tak-Photo :Lepetitrusse

« L’art peut être accessible et apprécier par Monsieur et Madame tout le monde, même s’il s’agit de danse contemporaine, car celle-ci peut prendre plusieurs formes.i» déclare Claudia Chan Tak. Celle-ci performe et participe à divers projets qui explorent la danse et la performance in situ parfois complètement éclatée. C’est dans cet esprit d’éclatement dont je me suis entretenue avec la directrice de la programmation artistique du Café-Bistro aRRêt dE bUS. Cette dernière n’est pas seulement responsable de la programmation, mais elle est aussi une artiste pluridisciplinaire, une chorégraphe, une vidéaste, une danseuse-interprète, une graphiste et plus encore. Depuis ses études en inter médias et en cyber arts à l’Université de Concordia, Claudia Chan Tak s’intéresse à plusieurs projets sur la scène artistique actuelle, plus particulièrement à ceux fusionnant le théâtre, la performance et la danse. Pour cette danseuse, il faut avoir du plaisir à faire ce métier, avoir envie que les gens aient eux même du plaisir en regardant le spectacle quitte à rire des interprètes. Lors de ses collaborations, Chan Tak remarque que les gens et le milieu de la danse se prennent parfois beaucoup trop au sérieux. Elle déclare même:

 « […] il faut parfois faire des choses qui n’ont aucun sens, juste pour le plaisir et rire de soi-même comme ça les gens, qui ne sont pas familier avec la danse se sentent plus à l’aise.»

Par exemple, lors d’une de ses performances, dont celle de Cavalia au Salon d’art performance royale (2011), où les gens étaient invités à jouer avec des licornes et à interagir avec l’interprète. Une relation de proximité qui est importante dans le processus de démocratisation de l’art pour cette artiste, qui mentionne : «Il faut aller chercher les gens, les trouver dans un lieu qui leur sont familier ou quotidien, car l’impact du public sur ce que tu fais est magique et parfois indescriptible.ii» D’ailleurs, le public eu droit à l’une des performances du groupe La Buvette des carnivores, un évènement mêlant de la danse et de la performance.  En février 2013, le public eut droit au Marché d’art vivant au Marché Saint-Jacques dans le quartier des Faubourgs.  L’œuvre s’inspirait des quatre besoins vitaux de l’être humain, afin de rendre compte d’une des fonctions principales du lieu, se nourrir. La Buvette des carnivores reprit à divers endroits publics, à différents moment et formats. On peut dire que Chan Tak s’amuse et interagit avec son audience. La reconnaissance du public est très importance pour elle et pour y parvenir, elle collabore à plusieurs projets fusionnant la danse et les arts de la scène effectués dans des lieux publics ou insolites. En effet, l’emplacement des spectacles influent grandement cette facette de l’art, car l’individu n’est pas toujours intéressé à voir un spectacle de danse contemporaine dans une salle située par exemple à la Place des Arts. Cette situation expliquerait la progression des bars-galeries ou des lieux de diffusions alternatifs comme le mentionne, l’auteure, Karolane Ratelle:

«Les bars, restaurants et cafés qui exposent des œuvres d’art pour les vendre ou qui organisent des expositions sont peu abordés par les théoriciens, car ils ne sont pas intégrés au champ de l’art. […]Par conséquent, tous les endroits qui n’ont pas cette mission première, dont ceux liés à la restauration, sont automatiquement exclus et leur apport non considéré.ii»

La non-considération de ces lieux de deuxième vocation artistique est en train de changer grâce à au besoin  de rendre la culture accessible. De plus, la démocratisation de l’art actuel se fait de manière lente, mais progressive. Chan Tak reste optimiste face à l’avenir de la danse, car dans celle-ci peut se joindre à n’importe quel autre discipline artistique. Il va sans dire que la passion et la curiosité de Claudia Chan Tak pour les arts se déploient à même la programmation du Café-Bistro Arrêt de Bus. Celle-ci présente des évènements performatifs et des spectacles variées réunissant: le cirque, la danse, la performance, la poésie, le théâtre, la vidéo et la musique acoustique. Le café-Bistro se transforme ainsi en un lieu de diffusion artistique total. Ces soirées culturelles permettent aux artistes de se faire connaître dans le milieu en présentant leur travail devant un public dans un décor particulier et inspirant.  On peut dire que cet établissement désire avant tout à contribuer à l’accessibilité de tous aux arts et à la culture dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve et qui offre un lieu de création et une vitrine unique aux artistes.

La programmeuse-artistique Chan Tak est aussi une artiste-entrepreneure, qui travaille beaucoup sur des projets de son entourage, pour elle, le réseautage et les contacts sont importants dans le milieu artistique. Il faut également être polyvalent et ne pas avoir peur de relever des défis. À cet effet, la chroniqueuse, Catherine Viau a déclaré que si les artistes étaient tous comme cette chorégraphe, ceci aurait un poids dans la balance pour l’attribution des subventions gouvernementales pour la culture auprès du gouvernement conservateur: : « Si les artistes étaient côtés en bourses, j’achèterais des parts de Chan Tak demain matin… Vous pouvez déjà admirer son esprit créateur et entrepreneur en visitant son site web.v»

Photo: courtoisie de Claudia Chan Tak, Crédits: Body Slam

Photo: courtoisie de Claudia Chan Tak, Crédits: Body Slam

Actuellement, Claudia Chan Tak poursuit son parcours académique à la maitrise en création chorégraphique à l’UQAM et participe à de nombreux projets pour des organismes artistiques et culturels comme Body Slam.

Elle prépare également une série de spectacles pour la saison estivale dont le spectacle, Attirance entremêlée, comprenant  de la danse, de la musique, de la poésie, des histories vécus et des défis avec la productrice et chorégraphe Stéphanie Morin-Robert présentée le 24 mai à 20h00, ainsi que le programme double Controverse comprenant: Freaky word, un spectacle mélangeant le chant et les arts visuels ainsi que Petite, présentant du théâtre et de la danse.

Surveillez la programmation du café bistro au : http://www.arretdebus-progartistique.yolasite.com/

Spectacles:
Attirance entremêlée
vendredi 24 mai à 20h00, billets: 12$ en prévente et 15$n à la porte

Programme double: Controverse: Freaky Word/Petite
Vendredi 31 mai à 19h30, billets: 15$
Au Café-Bistro aRRêt dE bUS , 4731 Ste Catherine E, Montréal, QC H1V 1Z3, Métro

Article écrit par : Johanne Marchand, septembre 2013


i Claudia Chan Tak, entrevue avec Johanne Marchand, 28 mars 2013, au bistro, Arrêt de bus, Montréal, 2013. Durée 1h34min, format MP3

ii Ibid.
iii Karolane Ratelle, «Les galeries hors-circuits», revue Ex_situ, no_22, avril 2013, UQAM, Montréal p.34

iv Catherine Viau, «Claudia Chan Tak», citation site web, consulté le 17 avril 2013: «www.claudiachantak.yolasite.com».

Informations et détails :

Site officiel de Claudia Chan Tak : http://www.claudiachantak.yolasite.com

Contact pour soumettre des dossiers : arretdebus.prog.artistique@gmail.com

Site web de Body Slam : http://www.bodyslamjam.com/

Articles et compte-rendu de ses spectacles:

http://www.danscussions.com/2012/04/la-recette-du-bonheur-critique-la.html

http://artichautmag.com/tag/claudia-chan-tak/

Vidéos:

Entrevue pour Arrêt de bus : http://vimeo.com/63713568

Buvette des carnivores : performance au Marché Saint-Jacques 2013: http://vimeo.com/60794329

Publicités