Identité migratoire

Maxime Boisvert

Vies en transit, présentée au Musée d’art contemporain de Montréal, est la première exposition consacrée à Adrian Paci au Québec et au Canada. Elle inclut des oeuvres produites depuis la fin des années 1990 et représente bien la variété formelle de la production ainsi que de l’ensemble des préoccupations de l’artiste.

Adrian Paci est un artiste albanais qui s’est exilé en Italie en 1997 pour fuir les violences de son pays. Le choc de cette émigration forcée teintera l’ensemble de sa production subséquente ; il y traitera d’identité dans un contexte d’exil, de mémoire, d’histoire collective, de mondialisation, etc. C’est aussi à ce moment qu’il laissera temporairement de côté la peinture pour se mettre à la vidéo. Il se servira de ce nouveau médium entre autres pour interroger ses propres racines. Dans sa première oeuvre vidéo (Albanian Stories, 1997), sa petite fille raconte un conte de fées tout en y mêlant des personnages issus de son expérience récente : soldats et membres des forces internationales.

L’exposition nous présente d’abord son travail de peintre, qui dépeint d’ailleurs des scènes très similaires à celles que nous reverrons dans certains de ses projets vidéo. Entre autres, une série de petites images, dans la première salle, découpe en autant de fragments une scène où des personnes se rencontrent et se serrent la main. Ce geste a une importance toute symbolique. On le retrouve dans la vidéo The Encounter (2011), où l’on sent l’artiste s’interroger sur un possible réenracinement de l’identité par le contact avec les autres. Devant une église en Sicile, des gens défilent et serrent, un à un, la main de l’artiste. Ce geste chaleureux symbolise bien comment l’identité personnelle s’inscrit dans le collectif, qui est lui-même incarné dans le culturel, d’où probablement l’intérêt de Paci pour ces rituels qu’il documente ou met en scène. Qu’ils soient de nature religieuse ou non ; mariage, enterrement ou fête familiale, on sent bien que ces rituels ont de l’importance pour l’artiste comme ciment social et comme façon de souligner les différents passages de la vie.

S’il traite d’enjeux qui touchent au politique, au social et au culturel, c’est toujours avec une approche sensible et poétique, peut-être à cause de la nostalgie que provoque le déracinement. L’installation vidéo The Last Gestures (2009) illustre bien cette idée. Cette oeuvre est composée de plusieurs écrans disposés dans l’espace et qui semblent flotter dans l’obscurité. Sur ceux-ci sont projetés différents moments d’une même scène, soit les derniers instants d’une future mariée avec sa famille. Le ralenti des images, ainsi que la fragmentation de la scène en plusieurs projections, renforce l’impression nostalgique du passage d’une vie à une autre. Après cette belle installation vidéo et la tout aussi magnifique Per Speculum (2006) qui la précède se trouve, dans la salle de projection, The Column (2013). Pièce de résistance, créée spécialement pour l’exposition, elle nous fascine autant par ses images contemplatives que par son propos : le temps d’une traversée de l’océan, un bloc de marbre acheté en Chine est façonné par des artisans chinois à même le bateau pour arriver en Italie sous forme de colonne romaine. L’artiste rapproche ainsi deux cultures distantes tout en soulignant à quel point la vitesse et la productivité sont sollicitées dans le contexte de mondialisation économique actuel.

À une époque où la migration des individus et le mélange des cultures s’accentuent, le regard poétique et sensible d’Adrian Paci sur le sujet est le bienvenu.

Vies en transit – Adrian Paci
6 février 2014 – 27 avril 2014
Musée d’art contemporain de Montréal
185 rue Sainte-Catherine Est, Montréal
Métro Place-des-Arts
Mardi au dimanche : 11h à 18h, mercredi : 11h à 21h

1the-column_01.jpg_ori

The Column, 2013
Adrian Paci
Image tirée de The Column, 2013
Projection vidéo HD, couleur, son, 25 min 40 s
Avec l’aimable permission de l’artiste, de la Galerie Peter Kilchmann, Zurich et de kaufmann repetto, Milan
Produite en collaboration avec le Jeu de Paume, Paris, PAC Padiglione d’Arte Contemporanea, Milan, Trondheim Kunstmuseum, Trondheim, Röda Sten Konsthall, Göteborg, NCTM studio legale associato, Milan et Unicredit, Milan

Publicités