Le café L’Écarté, l’œuvre vivante de l’artiste-sculpteur Serge Blais, dans le quartier des Faubourgs

JMImages 1

Vue du café avec le propriétaire Serge Blais, octobre 2014.
Crédits: Johanne Marchand

« Depuis le 7 juillet 2007, on reconnaît l’existence du pôle de création des Faubourgs et la culture comme moteur de développement économique pour les quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques. […] Bouillants d’innovations, les Faubourgs sont un grand laboratoire expérimental de la relève et de l’avant-garde de création[i]. »

Le quartier des Faubourgs, un quartier créatif

En effet, ce quartier reste bien engagé dans l’action culturelle locale et sa particularité réside dans sa mixité et sa diversité, tant dans les organismes et les espaces de diffusion qui l’habitent que dans sa propre culture. D’ailleurs, le dynamisme du secteur se traduit aussi par la présence de plusieurs galeries communautaires et de quelques galeries privées, qui constituent autant de vitrines pour accueillir, afficher, publier et améliorer la connaissance des arts visuels et de la culture des gens du quartier. Plusieurs espaces culturels émergent dans le quartier, dont le café L’Écarté, situé sur la rue de Rouen.

Le café L’Écarté, un espace de curiosité

Ce lieu de curiosité comporte un jardin, un café et une galerie, affichant une décoration qui rappelle un bric-à-brac, avec ses petites lumières accrochées un peu partout, du mobilier en bois ainsi que du mobilier à l’allure industrielle, en plus de son plafond en bois de grange peint. Néanmoins, si on regarde d’un œil plus attentif, on remarque que tous les meubles, y compris les objets décoratifs, sont des œuvres authentiques, faites à la main. Le visiteur peut s’asseoir à l’intérieur et déguster des plats réconfortants et ensuite aller écouter de la musique jouée par des interprètes de passage dans le jardin se trouvant à l’arrière du bâtiment. Dans l’espace-jardin, où chaque objet nous transporte dans un univers surréaliste, on découvre une poésie envoûtante. Témoignant d’une grande sensibilité artistique, on peut dire que ce lieu caché appartient à une tradition culturelle anonyme ou cachée[ii], qui démontre que ce café renferme un complexe social-culturel, c’est-à-dire qu’il s’oppose à l’industrie culturelle, mais reste en relation dialectique avec elle. Le café est reconnu pour son avant-gardisme, son interdisciplinarité ainsi que pour sa mixité, avec son architecture faisant des clins d’oeil à plusieurs courants et aux autres éléments de gravure et de soudure que l’on retrouve dans son enceinte. En tant que spectateur, nous avons l’impression d’assister à une réunion entre plusieurs médiums artistiques, comme si le café était une œuvre d’art totale, car celui-ci regroupe peinture, sculpture, photographie, dessin sur les murs et même musique.

JMIMAGE2

Café L’Écarté, vue intérieure, octobre 2014.
Crédits: Johanne Marchand

Outre ces éléments, l’amateur d’art peut contempler des objets artistiques faits de marbre, de bois, d’acier et de fer. On retrouve même des objets récupérés par le propriétaire, dont un vieux piano qu’il a rafistolé et une vielle caisse enregistreuse. On peut voir que toutes ces œuvres ont été retravaillées et étudiées, car elles complètent parfaitement l’espace qu’elles occupent. Ces objets inusités furent réalisés par le sculpteur et propriétaire du café, Serge Blais, artiste autodidacte qui a commencé lorsqu’il avait 16 ans à travailler comme joailler, ensuite comme restaurateur d’argenterie et de pièces d’orfèvrerie et enfin comme soudeur industriel d’acier. En s’installant ici, en 2002, M. Blais a d’abord créé un jardin, car auparavant il y avait de l’asphalte tout autour de l’espace du café ; il a ensuite planté des arbres et laissé la nature opérer dans ce terrain vague. Il y a également apposé une sculpture en guise de clôture.

C’est seulement depuis deux ans que l’artiste a agrémenté son jardin en le parsemant de sculptures et de créations en acier, en fer et dans plusieurs autres matériaux qui lui tombaient sous la main. Au fil du temps, il a récupéré beaucoup d’objets de son voisinage, qu’il a retravaillés pour en faire des objets de contemplation. Blais met en place un lieu complètement éclaté usant d’une démarche artistique qui démontre son savoir-faire et ainsi l’amateur de café peut, tout en dégustant un café, se délecter visuellement. D’ailleurs, véritable entrepreneur dans l’âme, l’artiste Serge Blais a toujours aimé être son propre patron[iii]. En effet, il gère son entreprise tout en faisant preuve de beaucoup d’imagination, ce qui rend cet espace très personnel. Ses inspirations proviennent d’ailleurs de son quartier.

JMiMAGE 4

Vue du café avec les meubles, octobre 2014.
Crédits : Johanne Marchand

Un nouvel espace de diffusion

Présentement, le café évolue et va inaugurer, cet automne, une galerie d’art qui présentera les œuvres du peintre Pierre Bourassa, qui fut étudiant à l’école des Beaux-Arts de Montréal. Il a réalisé des sculptures pour plusieurs bâtiments religieux et a également travaillé avec un des membres du Refus Global, Pierre Gauvreau, à Radio-Canada. Celui-ci a aussi aidé à la conceptualisation des décors de l’émission Les Beaux Dimanches et Vedettes en direct, en plus d’avoir collaboré avec divers chanteurs et musiciens dont Robert Charlebois. Si vous avez déjà vu ce nom apparaître quelque part auparavant, c’est que ses œuvres ont déjà été exposées à la galerie Les 2 B et au Musée national des Beaux-Arts du Québec.

Le propriétaire du café est bien conscient que les artistes recherchent des endroits où exposer, un lieu qui leur permet d’exposer leurs idées, mais qu’ils recherchent également un endroit chaleureux où partager. Si vous voulez voir ce qui se passe dans ce café, il faut tout simplement aller y faire un tour!

Le café L’Écarté, terrasse, jardin et galerie
2525, rue de Rouen
Métro Frontenac
514-521-3443


[i] Voie d’investissement de Sainte-Marie et les Voies culturelles des Faubourgs, Rapport de consolidation du pôle culturel des Faubourgs comme quartier culturel, 10 juillet 2009, Montréal, p.12.

[ii] Ibid.

[iii] Johanne Marchand, Entrevue avec l’artiste Serge Blais, enregistrement Mp3, octobre 2014.

Publicités