Kevin Beaulieu : Drapeaux fictifs et tape-à-l’œil

Par Catherine Lafranchise

Les œuvres de Kevin Beaulieu sont tape-à-l’œil et suscitent de vives discussions. Sa dernière exposition solo, Chicks et fleurs de lys, présentée à la galerie AXART à Drummondville, s’inscrit dans cette lignée. Réalisée suite à une résidence de deux mois à l’incubateur culturel du centre de diffusion et de développement artistique AXART, cette exposition met de l’avant les recherches et expérimentations de l’artiste. Il y présente dix drapeaux fictifs, retenus sur les murs par des poignards, dans lesquels il joue avec l’iconographie québécoise pour traiter des sujets sensibles tels que l’américanité, la liberté et l’indépendance.

L’exposition a certes attiré l’attention des passants puisqu’une baie vitrée donne à voir depuis l’extérieur quelques œuvres, dont une photographie en format géant d’une femme en tenue légère. Cette œuvre, intitulée Fleur de lys (Maria), révèle une jeune femme en tenue osée dans une position très suggestive nous rappelant les photographies de calendriers de garage. Une chose est certaine, Kevin Beaulieu sait comment manier les icônes et les symboles pour créer des œuvres saisissantes et très parlantes.

image1

Vue d’exposition
Crédits : Kevin Beaulieu

Jouer avec l’iconographie

Beaulieu joue avec les symboles du peuple québécois pour questionner son identité et son statut au cours des dernières années. Dans son œuvre Vivre libre ou mourir, il questionne avec évidence l’influence des États-Unis, personnifié par l’aigle, leur emblème national. Ainsi, l’aigle représenté griffe le drapeau et ce geste laisse place à une forte discussion sur l’omniprésence de nos voisins du sud au sein de la politique québécoise. Si l’artiste affirme créer des propositions plutôt que des revendications[i], je crois qu’avec cette œuvre il présente un point de vue clair sur la crise de l’identité québécoise et son américanité.

image2

Vivre libre ou mourir (2015)
Crédits : Kevin Beaulieu

Puis, pour son œuvre Québeclove, il reprend l’iconographie associée aux clans de motards, comme les têtes de mort, les armes à feu et le lettrage en lettres majuscules orangées rappelant celui du logo de la compagnie Harley Davidson. De plus, il y affiche un slogan tiré du langage populaire et remanié à sa sauce : « Vivre libre ou ben crever dans marde ».

image3

Québeclove (2015)
Crédits : Kevin Beaulieu

Omniprésence de l’artiste dans l’œuvre

Kevin Beaulieu envahit la surface picturale de ses œuvres pour y ajouter sa signature, de manière à ce qu’elle fasse partie intégrante de l’œuvre. Si, pour la peinture classique, la signature était reléguée au bas de la toile en petits caractères et guère repérable à moins d’être près de sa surface, dans ce cas-ci elle possède une place de choix. De ce fait, sa série d’œuvres Fleur de lys montre des protagonistes qui sont érigées sur le lettrage de son nom.

image4

Fleur de lys (Maria)
Crédits : Kevin Beaulieu

De ce fait, sur le carton d’invitation de l’événement, plutôt que l’habituelle reproduction d’un détail d’œuvre présentée, on voit plutôt la figure de l’artiste, entourée de fumée, devant une de ses œuvres. Beaulieu ne fait pas qu’exposer ses œuvres, il se sert aussi de sa personnalité exubérante pour mettre de l’avant son travail.

image5

Carton de l’événement
Crédits : Jacques Münger – Agence tour du monde

Finalement, Beaulieu ne cesse de nous étonner et de faire parler de lui. Même si le local réservé à l’exposition est assez restreint, il fait un bon usage de l’espace. Ses œuvres attirent le regard et sont assez criantes. Pas besoin d’être un fin connaisseur pour apprécier ses œuvres puisqu’il utilise des symboles associés à la culture populaire pour faire passer son message. Si vous passez par Drummondville dans les prochains jours, c’est définitivement une exposition à voir dans la région.

Chicks et fleurs de lys – Kevin Beaulieu
Jusqu’au 29 mars 2015
AXART
219, rue Hériot, Drummondville
Jeudi – vendredi : 12 h à 21 h, samedi – dimanche : 12 h à 17 h
http://www.kbeaulieu.com

[i] Propos recueillis sur le communiqué de presse de l’exposition.

Publicités