Mouvements et textures dans les oeuvres abstraites de Sophie Pardo

Par Amy Éloïse Mailloux

Sophie Pardo est une artiste basée à Montréal et ayant étudié les beaux-arts et le design graphique en France, ainsi que la scénographie à Barcelone. Parallèlement à sa pratique d’artiste, elle suit régulièrement, à Montréal, des formations en gravure et en calligraphie japonaise, pour ne nommer que celles-là. Tout en ayant une production variée tant dans les thèmes et les matérieux, Sophie a des influences et des intérêts indéniables.

atelier 2

La pratique de Sophie est grandement inspirée de la calligraphie japonaise.
Crédits: Sophie Pardo

La calligraphie, une source d’inspiration

La calligraphie japonaise est une influence indéniable dans la pratique de Sophie : traits noirs intenses, coups de pinceaux et manifestation du geste de l’artiste sont visibles sur chacune de ses oeuvres.

Calligraphie sur toile brute 1 Calligraphie sur toile brute 3 Calligraphie sur toile brute 2

Sophie Pardo, Calligraphies abstraites, encre, huile, acrylique et vernis epoxy sur lin, monté sur bois de pin, 8” x 8”, 2013
Crédits: Sophie Pardo

L’artiste confirme qu’elle s’inspire de la prise du pinceau, des mouvements de celui-ci, de certains traits et même du rythme d’exécution  propre à la calligraphie, mais que ses oeuvres restent de nature abstraite et ne représentent pas des mots ou des lettres en caractères japonais.

Par contre, sa signature, dans un carré rouge apposé généralement au bas de ses oeuvres, représente la première syllabe de son prénom, “So”, en caractère japonais. Elle utilise d’ailleurs le rouge puisque cette couleur crée un fort contraste avec le noir profond utilisé habituellement en calligraphie japonaise ainsi que dans ses toiles.

atelier 3

Sophie travaille habituellement  par séries.
Crédits: Sophie Pardo

Le support comme partie intégrante de l’œuvre

Au-delà des couleurs appliquées et des outils utilisés, le support même sur lequel peint Sophie fait partie intégrante de chacune de ses œuvres et en conditionne le résultat. Par exemple, dans l’œuvre L’hiver le matin / Cercle no 3 diptyque horizontal, la texture du bois de pin est clairement visible. D’abord, le fond de l’œuvre reste complètement naturel. L’artiste applique donc la peinture à même la planche, dont le bois absorbe la peinture à certains endroits. C’est ce qui transparaît autour du cercle, où des traces grises non opaques sont le résultat du bois ayant bu la peinture. Bien qu’elle applique la peinture à des endroits déterminés, Sophie ouvre la porte à l’improvisation, car le résultat de l’absorption de la peinture dans la fibre du bois est aléatoire.

l hiver le matin

Sophie Pardo, L’hiver le matin / Cercle no 3 dyptique horizontal, huile, acrylique et vernis epoxy sur bois de pin, 48” x 30”, 2013.
Crédits: Sophie Pardo

Dans la même œuvre, Sophie utilise de l’huile et de l’acrylique, ce qui justifie aussi les divers degrés d’absorption de la peinture dans la fibre de pin. Lorsqu’elle applique le noir profond, elle utilise une plus grande quantité de peinture pour bien marquer le geste effectué. C’est notamment le cas pour la partie supérieure du demi-cercle. Dans la partie inférieure, la peinture blanche est apposée plus librement. Ce qui ne se transmet pas bien à l’écran, c’est aussi le craquement qui se fait dans les épaisseurs de peinture appliquées. En séchant, la peinture continue de s’absorber dans la fibre, ce qui cause parfois des craquements.

SophiePardo-calligraphiesurlinno7

Sophie Pardo, Calligraphie sur lin no 7, encre, huile, acrylique et vernis epoxy sur lin, monté sur bois de pin, 8“ x 8”, 2013
Crédits: Sophie Pardo

Dans sa série intitulée Calligraphies abstraites, Sophie utilise de l’encre, de l’huile et de l’acrylique sur des carrés de lin montés sur du bois de pin. Dans Calligraphie sur lin no 7, on voit bien les épaisseurs et la texture des matériaux, ainsi que leur absorption dans la fibre. À certains endroits, l’épaisseur du vernis epoxy va même jusqu’à créer une couleur, une texture, visible même dans la représentation photographique.

En effet, Pardo applique sur certaines de ses œuvres d’épaisses couches de vernis epoxy, appliquées sur la toile en épaisses couches dynamiques: il s’agit plus d’un autre élément de l’œuvre que d’une couche de protection. Transparentes mais texturées, ces couches sont malheureusement peu visibles en photographie. Avec le grain des toiles et la texture de la peinture, les œuvres de Sophie Pardo sont définitivement à voir sur place.

photo perso

Portrait de l’artiste
Crédits: Sophie Pardo

Sophie sera présente lors de plusieurs événements d’ici la fin avril et au mois de mai. Ces trois événements vous permettront de voir plusieurs aspects de sa pratique artistique, tels que la gravure et ses oeuvres sur bois, lin et papier. Vous pourrez par ailleurs la voir en action le 25 avril au Lounge l’Un l’Autre et la rencontrer aux vernissages de ses deux prochaines expositions.

http://www.sophie-pardo.com/
https://www.facebook.com/pages/Sophie-Pardo-Artiste/233737773337465?fref=ts

Exposition solo de calligraphies abstraites – Sophie Pardo
Jusqu’au 28 avril 2015
Finissage d’oeuvres sur bois et sur lin le samedi 25 avril à 17h
Lounge L’Un et L’Autre
1641, rue Amherst
Métro Beaudry
Mardi – dimanche: 16h à minuit

Exposition solo en gravure – Sophie Pardo
Du 2 au 31 mai
Vernissage le 2 mai à partir de 16h
Les Verriers St-Denis
4326, rue Saint-Denis
Métro Mont-Royal

Exposition en collectif de peinture,
oeuvres sur bois et sur papier – Sophie Pardo

Du 6 au 30 mai
Vernissage le 9 mai à partir de 14h
Galerie Luz
372, rue Sainte-Catherine Ouest
Métro Place-des-arts
Mercredi-samedi: 12h-17h
http://www.galerieluz.com/fr/soon/

Publicités