L’art engagé de ZEPOL

Par Catherine Lafranchise

Le mois dernier, l’artiste ZEPOL exposait des œuvres de sa série HANDLE WITH CARE au restaurant Le Cagibi, sur Saint-Laurent. J’avais déjà vu plusieurs de ses œuvres, mais c’était la première fois que je les voyais rassemblées en un même endroit. L’exposition mettait de l’avant son art engagé, qui critique à la fois la société de consommation et l’utilisation du corps de la femme à des fins de vente.

image 1 (1)

Milk Maker
Crédits : ZEPOL ART

Les œuvres de la série HANDLE WITH CARE sont des collages composés d’images et de photos accumulées au fil des années par l’artiste. Pour la plupart des œuvres, les éléments du collage ne sont pas fixés, ce qui fait en sorte que les images deviennent mouvantes et peuvent évoluer au fil du temps. ZEPOL joue avec des juxtapositions d’éléments hétéroclites pour donner un sens nouveau à ses images. Parfois, les éléments choisis créent une courte narration, comme dans l’œuvre Milk Maker où l’on voit divers plans qui nous amènent à penser qu’il y a quelque chose qui est en train de se dérouler, mais dont le sens nous échappe totalement.

Image 2 (1)

Lost little queen & Baby band-aid
Crédits : ZEPOL ART

Ses œuvres Lost little queen et Baby band-aid mettent toutes deux de l’avant des enfants qui semblent déchus et souillés par un monde capitaliste. La première montre une fillette en maillot de bain en train de fumer une cigarette, dans un espace-temps qui semble irréel. La seconde présente un bébé en sanglots retenu de manière brusque par des mains sur lesquelles le logo de la marque Band-aid est apposé sur les ongles. Le jeu du noir et blanc de ces œuvres leur donne un côté provocant. Il est impossible de rester insensible face à celles-ci tellement elles représentent la face cachée et non idéalisée de l’enfance.

image 3 (1)

Mary’s Kiss
Crédits : ZEPOL ART

Plusieurs de ses œuvres tournent autour du thème de la femme-objet et de sa représentation dans la société de consommation. L’œuvre Mary’s Kiss montre un portrait de Marilyn Monroe, dans une pose suggestive, dont le visage a été recouvert d’un emballage de chocolat Kisses. On ne s’intéresse plus à elle, mais uniquement à son corps et à l’image qu’elle projette. Cela fait écho aux publicités qui sont encore aujourd’hui diffusées dans les médias de masse et dans lesquelles on se sert du corps de la femme pour vendre un produit qui ne lui est aucunement connexe. La beauté qui émane de cette œuvre est toutefois controversée, car pour une œuvre qui se veut provocante, le résultat esthétique est tout de même remarquable.

image 4 (1)

Tasty
Crédits : ZEPOL ART

Puis, ses œuvres Duo et Tasty, exposées sous forme de diptyque, nous présentent un grand-père dans un univers complètement déjanté. La deuxième montre le personnage en train de fumer, paré de lunettes de soleil sur lesquelles apparait le visage du personnage Popeye surmonté de l’inscription Tasty, d’où le titre de l’œuvre. À mi-chemin entre le grand-père bum et le grand-père atteint de démence, on sent l’élan de folie et de rébellion émanant de ces deux œuvres.

Finalement, ZEPOL a réalisé une exposition qui s’est très bien mariée avec l’espace et l’ambiance du restaurant. L’avenir de cette jeune artiste s’annonce prometteur. En plus, ses œuvres de petits formats sont abordables!

http://lovezepolart.wix.com/zepolart

Publicités

Une réflexion sur “L’art engagé de ZEPOL

  1. Pingback: Corps & consommation dans la pratique de ZEPOL | EX_SITU

Les commentaires sont fermés.