Le sublime capté par Horst

Par Catherine Lafranchise

Image 1

Vue d’exposition de la première salle
Crédits : Musée McCord

Devenu un incontournable pour raconter l’histoire de la mode, le Musée McCord nous présente une fois de plus une exposition à ne pas manquer. Horst : photographe de l’élégance, présentée depuis le 14 mai, surprend et rafraîchit. Horst est un photographe peu connu à notre époque, mais qui a pourtant eu une carrière grandiose en travaillant pour les plus grands designers et magazines de ce monde. L’exposition se veut une rétrospective de sa carrière et se divise en plusieurs sections correspondant à des périodes artistiques précises.

image 2

Corset de Détolle pour Mainbocher, 1939
Crédits : Condé Nast / Succession Horst

Tout d’abord, la première section présente ses débuts en tant que photographe. La plupart des œuvres exposées sont des tirages d’époque et, par conséquent, de petits formats. On constate alors qu’Horst est un photographe hors pair et qu’il travaille magnifiquement bien la lumière. Il rend les volumes de la chair avec une telle sensualité et délicatesse qu’il est impossible d’en rester insensible. En parallèle, des robes d’époque sont exposées, nous immergeant complètement dans un autre espace-temps, celui du photographe.

Model with her back to the camera sitting on the arm of a chair, wearing a black Schiaparelli dress with a large pink bow on the small of her back, a pair of black gloves are on the chair and in the background are large colored squares

Tailleur du soir et coiffure de Schiaparelli, 1947
Crédits : Condé Nast / Succession Horst

La pièce suivante présente des essais stylistiques et se détourne un peu des créations plus classiques montrées dans la première salle. En effet, on y apprend que Horst a travaillé avec des artistes surréalistes. Toute une série de photographies a été réalisée en collaboration avec Salvador Dalí et la designer Elsa Schiaparelli. D’ailleurs, une de ses photographies les plus connues montre le fameux chapeau bottillon dessiné par Schiaparelli.

Vue des ruines du palais de Persépolis, 1949
Crédits : Condé Nast / Succession Horst

En contrepartie, une série de paysage est présentée et démontre le talent de Horst pour capter le sublime de la nature. Même si ces instantanés sont en réalité des photographies de voyage non destinées à la publication, le travail de la lumière y est tout de même senti. À mon avis, celles-ci se doivent de conserver le titre d’œuvre même si elles ont été réalisées dans un tout autre contexte, puisque je ne crois pas qu’il soit nécessaire de séparer son travail personnel de sa pratique photographique générale.

Motifs créés par la nature – collage photographique, vers 1945
Crédits : Condé Nast / Succession Horst

Puis, la troisième section montre une période plus abstraite pour l’artiste. Horst s’est amusé à faire de la photographie de gros plans et des collages. Son œuvre Motifs créés par la nature est caractéristique de cette période. Aussi, plusieurs photographies d’intérieurs sont disposées dans la salle, nous montrant de ce fait le penchant général de l’artiste envers ce sujet.

image 6

Vue d’exposition de la dernière salle
Crédits : Musée McCord

La dernière salle impressionne par le contraste entre le blanc des murs et les couleurs des photographies grand format, qui sont probablement des tirages récents puisqu’elles ont été réalisées, à l’époque, pour le magazine Vogue. On sent bien le mariage entre la mode et la photographie qui laissent place au sublime afin de charmer les lectrices qui feuillettent la revue.

NEW YORK, UNITED STATES - SEPTEMBER 1949:  Photographer Horst directing lights and cameras before taking fashion pix of Lisa Fonssagrives.  (Photo by Roy Stevens/Time & Life Pictures/Getty Images)

Horst dirigeant une séance photo avec Lisa Fonssagrives, 1949
Crédits : Roy Stevens, Time & Life Pictures – Getty Images

Finalement, l’exposition rétrospective de Horst vaut inévitablement le détour. Étant peu familière avec son travail, j’ai adoré la scénographie de l’exposition qui rythmait les différentes périodes de l’artiste. Chaque œuvre menait à la contemplation et faisait sens dans cette rétrospective. Horst a su capter l’essence même du Golden Age et l’exposition, quant à elle, nous fait bien revivre cette époque.

Horst : photographe de l’élégance
Jusqu’au 23 août 2015
Musée McCord
1380, rue Sherbrooke Ouest
Métro Peel
Mardi : 11 h à 17 h, mercredi : 11 h à 21 h, jeudi – vendredi : 10 h à 18 h,
samedi – dimanche : 10 h à 17 h

http://www.musee-mccord.qc.ca/expositions/expositionsXSL.php?lang=2&expoId=102&page=accueil

Publicités