La coopérative Cirquantique : une formule coopérative pour un art immersif

Entrevue avec la co-fondatrice Mélodie Martin Couture
Par Johanne Marchand

No01_Spectacle Bang Bang II,.

Spectacle BANG BANG II, en collaboration avec Cold Time Honey
Crédits : Cirquantique

L’idée de démocratiser l’art du cirque avec des performances à l’atmosphère burlesque est un concept plutôt extravagant. Une expérience à la fois visuelle et sensorielle, imaginée et créée en 2012 par Mélodie Martin-Couture, Esmeralda Nadeau-Jasso et Marie-Jade Lemonde, Cirquantique est une coopérative de travail qui produit des spectacles combinant plusieurs disciplines artistiques, principalement le cirque avec une touche de burlesque, et dont les prestations sont accompagnées par des musiciens sur scène.

Cirquantique à travers l’influence et l’évolution des arts de la scène

Le type de spectacles produits par la coopérative revient sur les nombreux croisements du burlesque et du cirque, deux formes d’amusement populaire inspirées entre autres de la commedia dell’arte[i] et du théâtre forain[ii], qui avaient lieu autrefois dans de gros événements citadins, avec des jongleurs ambulants et plus encore. À l’époque, les spectacles de cirque étaient plutôt hasardeux, « bric à brac » et parfois sans aucun sens pour le regardant. Par contre, ce nouveau type de cirque se distinguait par son fil narratif, afin que le spectateur puisse discerner un thème ou une histoire, commun à plusieurs numéros. Quant aux spectacles burlesques, ils sont composés de mélanges de chant, de danse et parfois même de théâtre. Ici, nous avons droit à un retour de ce mélange cirque et burlesque, réuni cependant par une histoire ou un fil conducteur. Les thèmes récurrents dans les spectacles de la coopérative sont le crime organisé et les années 1920, notamment la période de la prohibition.

À travers cet horizon pluridisciplinaire, c’est par le biais de la danse, de la comédie et des mouvements aériens que Cirquantique fait battre des cœurs. En plus de ses productions indépendantes, la coopérative participe à divers festivals et offre des services d’animation, tant pour des événements corporatifs que privés. Il s’agit donc d’une œuvre d’art totale qui combine plusieurs disciplines dont l’acrobatie, les projections visuelles, le son et plus encore.

Mélodie Martin Couture et son parcours

Récemment, j’ai posé quelques questions à Mélodie Martin Couture, directrice des opérations et membre fondatrice de Cirquantique. Voici certains extraits de notre discussion.

JM : Qui es-tu et quel est ton parcours ?

MMC : Je suis Mélodie Martin Couture, artiste de cirque. J’ai commencé la danse et le théâtre étant enfant et à vingt ans j’ai découvert le cirque au fil de mes voyages. Je performe professionnellement depuis maintenant trois ans à Montréal et ailleurs. J’ai coordonné plusieurs projets depuis 2010, tel que Poécirque et Cirquambolesque. Je suis entrée dans l’équipe de Cirquantique en 2012, en tant qu’artiste, donc à l’époque où elle était une petite troupe, pour ensuite la faire évoluer. En 2013, je suis devenue gestionnaire, coordonnatrice et donc membre fondatrice[iii].

Horlogium avec Little Suns no 2. Mélodie Martin Couture

Horlogium avec Little Suns et l’artiste Mélodie Martin Couture
Crédits : la coopérative Cirquantique

JM : Quel était le motif menant au choix de gérer une entreprise de production en arts de la scène ?

MMC : Le choix de ce type d’entreprise et mes motivations étaient surtout d’offrir une vitrine aux artistes de la relève. Il ne faut pas oublier que Cirquantique est parti du désir des artistes de cirque et de burlesque de la relève de pouvoir performer à Montréal, malgré la grande compétition. Vu le grand succès des spectacles, nous avons décidé de nous enregistrer comme coopérative de travail pour continuer de réaliser des spectacles et aussi offrir la possibilité aux artistes de la relève de se produire dans une grande production. Mon choix de bâtir et gérer une coopérative à Montréal allait de soi, car c’est ma ville natale et c’est ici que j’ai décidé de m’installer pour faire du cirque parce que c’est bouillonnant dans le monde du cirque. Ce qui me motive, c’est travailler en équipe : je ne suis rien sans elle.

JM : Quelles sont tes sources d’inspirations ? Est-ce qu’il y a un artiste ou une tendance artistique dont tu t’inspires particulièrement ?

MMC : J’adore le vintage ! Les vieux cirques, les époques passées me fascinent et m’inspirent énormément et c’est le cas de pas mal toute l’équipe, c’est pour ça qu’on s’appelle Cirquantique d’ailleurs !

JM : Quels sont les processus que vous traversez avant la création d’un nouveau spectacle ?

MMC : Le processus est immense et complexe. Juste pour donner une idée, avec les artistes et les gens qui travaillent sur la production, nous sommes plus de soixante personnes qui travaillons sur la prochaine production. On part toujours d’une époque définie, qu’on vote ensemble avec la coop, et ensuite l’équipe de direction artistique prend le lead pour ce côté. Ensuite, la direction de production embarque et ils travaillent en collaboration avec l’équipe marketing, parce que sans un bon marketing, tous ces efforts sont vains !

JM : À quoi ressemblent ton espace de bureau et votre espace de création ? 

MMC : Nous sommes maintenant en résidence au Bain Mathieu, où nous produisons nos spectacles depuis 2012. Notre bureau est assez petit au sous-sol et je fais le pont entre le bureau et l’entraînement, que je fais dans l’ancienne piscine publique. Au Bain Mathieu, l’accrochage est possible, donc je peux faire mes entraînements au sol et dans les airs également ! C’est le paradis !

arts de la rue no 3.

Les activités corporatives et de grand public en arts de la rue.
Crédits : la coopérative Cirquantique

JM : As-tu une façon d’organiser tes journées pour optimiser ton travail ? 

MMC : Je fais des listes, des listes, des listes. Je tiens mon équipe au courant de ce qui se passe et de ce que je fais. Je prends beaucoup de notes pour ne rien oublier et je note tous mes rendez-vous dans mon agenda, que je consulte toujours.

JM : Quel conseil donnerais-tu aux artistes ou aux gens qui veulent se lancer dans une entreprise culturelle ou à contenu artistique ? 

MMC : Lâchez jamais, le processus est toujours long, mais en vaut tellement la peine et, surtout, vivez de vos passions.

Pour les prochains spectacles de la Coopérative Cirquantique :
http://www.cirquantique.com/
Cabaret Loly’s ! Les 12-13 et 14 novembre au Bain Mathieu, à Montréal

[i] Sylvain Lavoie, Feu les Tizoune, Burlesque de France Alepin, Jean Asselin (maîtrise d’œuvre), Catherine Asselin-Boulanger, Real Bossé, Guillermina Kerwin, Bryan Momeau, Sylvie Moreau et François Papineau ; production Omnibus, le Corps du théâtre, à l’Espace libre, du 29 avril au 24 mai 2008.
[ii] Ibid.
[iii] Propos tirés d’une entrevue de l’auteure, Johanne Marchand, avec Mélodie Martin Couture, le 5 octobre 2015.

Publicités