Re-génération et la SAT: découverte

Par Amy Éloïse Mailloux

La semaine dernière se terminait une série de représentations de l’œuvre Re-génération à la Société des arts technologiques (SAT). Étonnamment, je n’étais encore jamais allée dans ce fameux lieu de création, recherche, formation et diffusion d’arts numériques, situé ici même au cœur de Montréal et ce, depuis vingt ans. Re-génération a donc été l’œuvre qui m’a initiée à ce lieu tout à fait fascinant.

Sébastien Roy-arbre

Crédits : Sébastien Roy / Société des arts technologiques

Dans la SATosphère, les spectateurs sont étendus sur des bean bags géants, avec un écran de projection à 360 degrés formant un dôme au-dessus d’eux. L’expérience multisensorielle commence lorsque l’écran se remplit de triangles blancs sur fond noir, dont l’ordre géométrique éclate et se reforme au son d’une respiration. Déjà, tout notre corps se détend au rythme de ce son régulier. La salle est entièrement plongée dans le noir et l’écran emplit notre champ de vision. Étendu au sol, on se retrouve complètement immergé dans la projection.

sebastien roy-espace

Crédits : Sébastien Roy / Société des arts technologiques

La voix de la comédienne Marie Brassard nous guide à travers cette expérience immersive, décrivant peu à peu le développement, au cœur de l’infinité de l’espace, de la Terre et des organismes qui y ont évolué à travers le temps. Ce thème est tout à fait approprié à l’espace de projection, qui rappelle les spectacles du Planétarium de notre jeunesse. Sur fond étoilé apparaissent diverses formes et images, tant numériques qu’organiques. C’est la première phase de Re-génération, «Respiration».

L’expérience se divise effectivement en trois parties bien distinctes, séparées chaque fois par ce motif de triangles et le son apaisant d’une respiration. Cette division est intéressante, car on note en effet, tant par le propos énoncé par la voix doucereuse de la narratrice, la musique, le rythme général de la projection et le type d’images qui y sont présentées que trois thèmes séparent effectivement la présentation.

sebastien roy structure

Crédits : Sébastien Roy / Société des arts technologiques

La seconde partie, « Anthropocène », relate l’arrivée de l’être humain sur Terre et les divers changements qu’il y a apportés. À ce moment de la présentation, on peut s’attendre au thème typique de l’homme ayant détruit son berceau, son espace vital et la beauté de notre monde. Heureusement, le film nous surprend dans sa troisième partie, « Regénération », qui nous mène à une réflexion différente, soit que l’humain et la Terre respirent au même rythme, l’un faisant partie de l’autre dans une mouvance naturelle.

« Il n’en tient qu’à nous de saisir le rythme de son pouls et de suivre ses flux pour participer pleinement à la régénération de la vie sur Terre et au réenchantement du monde.[i] »

Plutôt que d’être confronté à un énième constat négatif face à notre avenir sur Terre, le scénariste David McConville nous invite à reprendre contact avec notre nature profonde, pour considérer un futur aussi enchanteur que le spectacle de la création du monde.

sebastien roy

Crédits : Sébastien Roy / Société des arts technologiques

L’expérience qu’offre la SATosphère est propice à une réflexion comme celle proposée dans Re-génération. Tous les sens, ou presque, sont stimulés dans cet environnement particulier. Physiquement, on se retrouve confortablement étendu, à l’aise et dans une posture beaucoup plus naturelle que celle à 90 degrés attendue habituellement d’un spectateur dans une salle de cinéma ou dans un théâtre. Visuellement, on est complètement entouré, immergé dans ce monde que propose la SAT. Aucun élément ne vient déranger notre regard dans cette projection à 360°. La voix de Marie Brassard, au son d’une musique simple, mais pénétrante, guide aussi l’ouïe dans l’expérience totale. Mandat réussi, donc, pour le collectif de créateurs de la SAT, qui appelle à « l’éveil des sens, mais aussi à l’ouverture des consciences.[ii] »

Le prochain spectacle de la SAT est Versus, présenté du 9 au 12 février dans la SATosphère
http://sat.qc.ca/

Crédits pour l’en-tête : Chantale Bélanger

[i] Société des arts technologiques [SAT], Re-génération dans la SATosphère, en ligne. http://sat.qc.ca/fr/regeneration#section. Consulté le 7 février 2016.
[ii] Ibid

Publicités