Le Bled & le culte

Par Catherine Lafranchise

Depuis le 6 octobre, le collectif Le Bled présente à la galerie Never Apart sa quatrième exposition annuelle autour du thème du culte. Rassemblant le travail de Dominic Berthiaume, Elie Chap, Nathalie Dubé, Martin Flamand, MC Marquis, Emmanuel Perron, Benoît Tardif et Vincent Tourigny, l’exposition présente des pièces réalisées grâce à différents médiums tels que l’illustration, la photographie, le textile, la peinture et des installations diverses.

Différentes interprétations
Le thème du culte est particulièrement intéressant parce que le mot en lui-même est rattaché à des significations diverses. D’une part, il comporte une forte connotation religieuse, mais il peut aussi être interprété comme un hommage, un attachement immodéré ou utilisé pour démontrer un grand engouement[i]. Cette variété est aussi présente dans l’exposition du Bled, qui propose une exposition riche exploitant bien le thème sous ses multiples aspects.
image1

Covered de Nathalie Dubé
© Catherine Lafranchise

Le culte & la religion
On retrouve l’aspect religieux du thème notamment dans le travail de Vincent Tourigny. Dès qu’on pénètre la galerie, son installation fait office de point de départ et marque le coup pour la suite. L’artiste a créé six illustrations représentant des dieux, des saints et des personnages mythiques. Cependant, ces représentations sont en fait des interprétations teintées d’appropriations culturelles québécoises. Ainsi, on retrouve Céline Dion dans la peau de Vénus naissant d’un coquillage, avec la coque du Titanic derrière elle. Même chose avec les Télétubbies dans un canot volant personnifiant la légende de la Chasse-galerie, ou encore Ti-Mé, de la populaire émission La petite vie, en guise de Jésus-Christ. Sous les illustrations, on retrouve une table avec des bougies incitant à la prière et au recueillement. En y insérant un montant particulier associé à chaque image, on peut alors incanter une de ces divinités pendant le moment de recueillement. Dans un contexte de questionnement par rapport à la place que la religion doit avoir dans notre société québécoise, ou même du bien-fondé de la laïcité, je trouve cette œuvre réussie en tout point. Elle ironise le sacré et remet en question notre attachement à ces symboles.
image2

Installation de Vincent Tourigny
© Catherine Lafranchise

Puis, les photographies de Martin Flamand exploitent la suprématie religieuse en montrant un membre du Ku Klux Klan revêtant son habit emblématique. Il y ajoute une touche d’ironie en surplombant la tête du protagoniste d’une bulle de messagerie ne montrant aucun message en attente. Avec son diptyque, il illustre la solitude et l’exclusion d’un fervent extrémiste religieux.
image3

trainee & #lonely de Martin Flamand
© Catherine Lafranchise

Le culte & l’attachement immodéré
Les photographies de Dominic Berthiaume explorent un autre aspect du culte. Chacune d’entre elles met en scène des collectionneurs aguerris et leur collection, montrant l’étendue de leur culte voué à ces objets particuliers. Ainsi, on retrouve dans Video Home System un homme et sa collection de cassettes VHS, et, dans Tissé serré, une femme et ses toiles brodées. La collection est souvent associée à l’abondance et à la variété et ces deux aspects sont bien exploités dans les photographies de l’artiste. Les personnages sont mis en scène avec les piles et les montagnes rassemblant leur collection respective, démontrant le brin d’obsessivité que cette accumulation peut procurer.
image4

Tissé serré & Video Home System de Dominic Berthiaume
© Catherine Lafranchise

Le culte & l’hommage
Marie-Claude Marquis explore la tangente du culte et de l’hommage avec son installation multimédia. Cette dernière a rassemblé un tas d’objets hétéroclites tournant autour des thèmes de l’amour, des relations, des souvenirs et de l’âge adulte. Ainsi, sur un étage de la bibliothèque, on peut apercevoir, entre autres, des photographies d’époque où l’artiste a ajouté son visage dessiné. L’œuvre Prêt, pas prêt, j’y vais démontre bien cette angoisse de réussite face à une période enviée par les gamins : l’âge adulte. Pour elle, l’hommage semble plutôt nostalgique et envieux d’une période idéalisée et normalisée.
image5

Obsessions, nostalgie et dérapages d’une adulescente émotive de MC Marquis
© Catherine Lafranchise

Finalement, le Bled nous a présenté une fois de plus une exposition réussie qui exploitait bien, et ce, de manière variée, le thème proposé du culte. On a déjà hâte à l’année prochaine et à sa cinquième exposition.

Le Bled – Culte
Jusqu’au 15 janvier 2017
Never Apart
7049, rue St-Urbain
Métro De Castelnau
Samedi : 12 h à 17 h


[i]Le petit Larousse définit le culte comme suit : 1. Hommage rendu à Dieu, à une divinité, à un saint. 2. Pratique par laquelle on rend cet hommage. 3. Religion. 4. Chez les protestants, office religieux. 5. Attachement immodéré. 6. Qui provoque un grand engouement.

 

 

Catherine Lafranchise

CATHERINE LAFRANCHISE | RÉDACTRICE WEB

Catherine a complété un DEC en design de mode au Collège Lasalle. Puis, voulant théoriser son amour pour l’art, elle a entrepris un baccalauréat en histoire de l’art à l’Université de Montréal. Durant ses études, elle a eu la chance de faire un échange étudiant à l’Université Libre de Bruxelles où elle a consommé de l’art à outrance. Ensuite, elle a complété un DESS en gestion d’organismes culturels à HEC Montréal. Elle s’est impliquée dans le milieu de l’art, notamment pour l’Association Complot X, la Galerie Trois Points, l’Association des galeries d’art contemporain et le Techno Culture Club. Depuis 2015, elle s’investit dans l’événement MuseomixMTL et agit à titre de responsable des bénévoles & des visites guidées. Elle est rédactrice pour Ex_situ depuis 2014.

Pour plus d’articles écrits par Catherine Lafranchise, cliquez ici.

Publicités