Calendrier culturel

Juin 2017


Vertically Integrated Socialism — Nicolas Grenier
Jusqu’au 22 juin
Centre Clark
5455 Avenue de Gaspé, Espace 114, Montréal
Mardi — vendredi : 9 h à 17 h, samedi : 12 h à 17 h

Dans la salle numéro un du Centre Clark, Vertically Intergrated Socialism de Nicolas Grenier connote avec les rues du quartier Skid Row à Los Angeles, dans lequel l’artiste avait son atelier et où chaque soir, entre 10 000 et 20 000 sans-abris s’y retrouvaient. Il y développa une vision parallèle de la métropole qui implique la coexistence de deux mondes diamétralement opposés. D’un côté, la réalité opulente de la culture et des arts, de l’autre, celle de la misère et de l’assouvissement constant des sans-abris. Montré dans un format oscillant entre la présentation Keynote, l’animation 3D et le livre audio, le projet raconte cette quête d’élévation sociale dans un concept d’habitation radicalement expérimental.


Exposés de recherche — Serge Tousignant
Jusqu’au 23 juin
Vox — Centre de l’image contemporaine
2, Rue Sainte-Catherine Est, # 401, Montréal
Métro Saint-Laurent
Mardi — vendredi : 12 h à 18 h, samedi : 11 h à 17 h

VOX présente une exposition rétrospective consacrée à Serge Tousignant, co-commissariée par Marie J. jean et Claudine Roger, incluant ses maintes pratiques sculpturales, picturales et photographiques. Cette rétrospective est formulée à partir d’expositions antérieures et emblématiques auxquelles l’artiste a contribué depuis les années 1960, de manière à offrir une étude détaillée des œuvres tout en les contextualisant dans l’histoire des expositions du Québec.


See You In The Next Loop — Thomas Bégin
Jusqu’au 24 juin
Galerie B-312
372, Rue Sainte-Catherine Ouest, Espace 403, Montréal
Métro Place-des-arts
Mardi — samedi : 12 h à 17 h, jeudi : 12 h à 20 h

La Galerie B-312 conclue sa saison avec See You In The Next Loop de l’artiste Thomas Bégin qui investit les deux salles avec deux systèmes de compositions sonores. L’exposition s’appréhende tel un instrument de musique auto performant au moyen de dispositifs faits d’une multitude d’éléments mécanisés — platines, tourne-disques, enceintes et haut-parleurs – alliés à diverses composantes électriques. Par un processus complexe, mais des actions simples, les sons sont créés à partir d’instruments inventés qui constituent l’installation énigmatique.

Une performance de Thomas Bégin aura aussi lieu le 15 juin prochain à 19 h 30, à la galerie B-312.


Festival ELEKTRA
27 au 30 juin
Cinémathèque Québécoise, Société des Arts Technologiques (SAT), Usine C

ELEKTRA, festival international d’art numérique oscillant entre les nouvelles technologies, présente une série d’évènements diversifiés dans la métropole, de juin à août. Cette édition du festival s’instaure le 27 juin à la Société des Arts Technologiques (SAT), avec l’œuvre TIM par Nicolas-Noël Jodoin et Joël-Aimé Beauchamp. Les 28 et 29 juin prochains, se dérouleront d’une part, la onzième édition du Marché international de l’art numérique (MIAN) à la Cinémathèque Québécoise. D’autre part, ELEKTRA poursuit sa trilogie AUTOMATA, avec l’œuvre INFERNO sous la thématique THE BIG DATA SPECTACLE, à l’Usine C. La magistrale et monumentale performance à la fois robotique et participative de Louis-Philippe Demers et Bill Vorn permet à 49 spectateurs de revêtir des exosquelettes afin de contribuer à l’activation de l’œuvre. Les corps imbriqués à des mécanismes sont alors pris en charge par les artistes, créant des chorégraphies improbables, mais synchronisées.

De part et d’autre, du 29 juin au 20 août l’installation vidéo immersive INVERSO MUNDUS de AES+F, présentée lors de la Biennale de Venise en 2015, est offerte en continu à la Cinémathèque Québécoise.

Pour l’achat de billet pour INFERNO, cliquez ici.


Blanc – Marc Séguin
Jusqu’au 8 juillet
Galerie Simon Blais
5420, boul. St-Laurent
Métro Laurier
Mardi – vendredi : 10h à 18h, samedi de 10h à 17h

Avec cette nouvelle exposition intitulée Blanc, l’artiste Marc Séguin nous transporte dans des espaces épurés, à la limite parfois même de l’abstraction. C’est le vide et l’immensité des paysages nordiques qui nous est donné à voir en peinture. Ayant souvent, dans des séries antérieures, intégré des personnages figuratifs à ses peintures, ici, la présence humaine presque inexistante nous ramène au paysage du Nord, à sa lumière et à son apesanteur. Ces images nous portent également à réfléchir sur la fragilité de ces territoires et les dangers des changements climatiques dans la conservation de ces espaces.


André Ethier + Jasmine Reimer — André Ethier et Jasmine Reimer
Jusqu’au 22 juillet
Projet Pangée
372, Rue Sainte-Catherine Ouest, Espace 412, Montréal
Métro Place-des-arts
Jeudi — samedi : 12 h à 17 h

Projet Pangée présente André Ethier + Jasmine Reimer, par l’entremise d’œuvres scéniques qui agissent tels des espaces théâtraux isolés. Pour chacun des artistes, les éléments semblent provenir d’ailleurs, d’une imagerie symbolique empreinte de paradoxes, mais également de la banalité du quotidien. Ethier offre des paysages psychologiques et mythiques — aux allures tropicales — dans lesquels des créatures animales réfèrent à une mélancolie surnaturelle. Parallèlement, Reimer propose des objets organiques qui explorent — ou vénèrent — une expérience corporelle et sensuelle. Les formes suggèrent un corps primitif en fragments par un esthétique parfois grotesquement exagérée en ornements.


Trois rivages – Exposition collective
Jusqu’au 18 août
Maison de la Culture Rosemont
6707 Avenue de Lorimier
Métro Rosemont ou Jean-Talon
Mercredi – jeudi : 13 h à 18 h, vendredi au dimanche : 13 h à 17 h

La Maison de la Culture de Rosemont rassemble sous le thème de l’ile deux artistes ainsi qu’un duo pour exposer le travail multimédia de ceux-ci. L’œuvre vidéo de l’artiste d’origine Sri Lankaise Pavitra Wickramasinghe propose une réflexion méditative et quasi lyrique sur la mer et le mouvement des vagues. Last Syllable of Time expose un bateau échoué sur la côte filmé à l’envers, la distorsion causée par cette manipulation de la caméra invite le spectateur à se laisser porter par le mouvement continuel des vagues qui se brisent aléatoirement sur la coque de l’épave. Inspirée par le mouvement et les jeux d’ombres, l’artiste créer des œuvres contemplatives à l’esthétique épurée. Le travail d’Éric Sauvé s’interroge sur le lien entre la pollution et les embarcations dans son œuvre vidéo Tout ce qui flotte. Finalement le travail conjoint de Lysanne Picard et Joanna Chelkowska explore le thème de l’ile à travers un dessin animé rythmé.


Les Esprits se rencontrent : Interactions Vikings-Inuits – Abraham Anghik Ruben
Jusqu’au 19 août
La Guilde
1460-B rue Sherbrooke Ouest
Métro Sherbrooke
Mardi – vendredi : 10 h à 18 h, samedi : 10 h à 17 h

Dans le cadre du festival interdisciplinaire Présence Autochtone en collaboration avec Terre en vue, la Guilde présente l’exposition Les Esprits se rencontrent : Interactions Vikings-Inuits du sculpteur Abraham Anghik Ruben. L’artiste s’inspire de sa propre culture de laquelle il fut privé dû à sa scolarisation dans les pensionnats. C’est avec la sculpture qu’il réapprend ses propres traditions Inuit. Son œuvre s’inspire de la chasse, de la pêche, des cosmologies inuit et représente des figures anthropomorphes et animales. Le métissage entre la culture inuit, les mythes nordiques et le christianisme trouvent écho dans l’œuvre de Ruben qui allie les traditions et les différents médiums.


Modern Piano Music – Ed Atkins
Jusqu’au 3 septembre
DHC/ART
451 – 465, rue Saint-Jean
Métro Square-Victoria – OACI
Mercredi – vendredi : 12 h à 19 h, samedi – dimanche : 11 h à 18 h

Première exposition au Canada pour la superstar britannique Ed Atkins, Modern Piano Music propose une plongée dans l’univers singulier de l’artiste. Dans ses vidéos, les personnages créés à partir d’images de synthèse hyperréalistes et de capture de mouvement s’adressent directement au spectateur et abordent les angoisses existentielles de l’humanité tout autant que les aléas de la technologie. Notons que l’œuvre de l’artiste sera approfondie au moyen de différentes visites commentées avec la commissaire Cheryl Sim.


Toutes ces choses – Ève Cadieux
Jusqu’au 9 septembre
Centre d’exposition de l’Université de Montréal
2940, chemin de la Côte-Ste-Catherine (Pavillon de la Faculté de l’aménagement), salle 0056
Métro Université-de-Montréal
Mardi – samedi : 11 h à 17 h, jeudi : 11 h à 20 h

Commissariée par Milly-Alexandra Dery et Daniel Fiset, l’exposition-bilan Toutes ces choses se veut un survol de la pratique d’Ève Cadieux des quinze dernières années. À travers deux installations et cinq séries photographiques qui mettent en scène autant des objets intimes chargés d’une histoire personnelle que des babioles anonymes dénichées sur les étals de marchés aux puces, les œuvres de Cadieux témoignent de l’affection portée envers les reliques du quotidien.


L’art de jouer
Musée des beaux-arts de Montréal
1380, rue Sherbrooke Ouest
Métro Peel
Mardi, jeudi – dimanche : 10 h à 17 h et mercredi : 10 h à 21 h

Qu’il soit fabriqué de manière industrielle, artisanale ou artistique, le jouet peut être très traditionnel ou très innovant. Présentée dans le Lab Design du Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition met en vedette plusieurs entreprises québécoises en la matière ainsi que de jeunes créateurs québécois qui préconisent les jouets fabriqués à la main. Cette entrée du jouet au musée est intéressante : peut-il être à la fois jouet et œuvre d’art?


Scènes circulaires – Réalisation par Yannick Guéguen
En tout temps
Tohu
2345, rue Jarry Est
Métro Iberville

C’est avec une application Iphone qu’on peut vivre l’expérience sonore interactive « Scènes circulaires », qui part de la Tohu et mène le spectateur dans une visite augmentée de l’ancienne carrière Miron. Le parcours fut créé comme activité du Printemps numérique et peut être combiné à un autre parcours sonore interactif partant du chalet Mont-Royal, Forêt en écho, aussi réalisé par Yannick Guéguen.


Les brèves du mois de juin ont été préparées par : Charlie Carroll-Beauchamp, Maude Darsigny-Trépanier, Geneviève Marcil et Jean-Michel Quirion.

En en-tête: Vertically Integrated Socialism, Nicolas Genier. Exposition présentée au Centre CLARK