Équipe

AMÉLIE LANGLOIS | COORDONNATRICE

Passionnée par les arts visuels, la performance, la poésie et la critique littéraire, Amélie explore particulièrement l’interdisciplinarité et les frontières poreuses de l’art dans ses enchevêtrements avec la littérature. Dirigée par Alain Farah, elle rédige un mémoire en recherche-création au Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill, avec une spécialisation en Gender and Women’s Studies. En plus d’être la coordinatrice d’Ex_situ, Amélie s’implique notamment dans le comité de rédaction de FéminÉtudes.

SARAH TURNER | RÉDACTRICE EN CHEF DES ÉDITIONS PAPIER

Sarah Turner est candidate à la maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal et se spécialise en études féministes. Dans le cadre de ses recherches, elle s’intéresse à un corpus contemporain de biographies fictionnelles de femmes, à la manière dont les auteures traitent des petites et plus grandes disparitions – voire périodes d’absence – de leurs sujets, à la stratégie du dédoublement et aux contaminations esthétiques du biographique par les œuvres des artistes biographiée(s). Elle se joint à l’équipe de la revue Ex_situ à titre de correctrice en 2016 et reprend le mandat de la rédaction et de l’édition du numéro papier à l’automne 2017. À ses autres heures responsables, elle travaille dans le réseau des bibliothèques municipales de la ville de Montréal et s’implique dans le comité éditorial de la revue FéminÉtudes.

MAUDE DARSIGNY-TRÉPANIER | RESPONSABLE DE LA RÉDACTION WEB ET GESTIONNAIRE DES MÉDIAS SOCIAUX

Maude a obtenu un baccalauréat en histoire de l’art à l’UQAM et y poursuit sa scolarisation au deuxième cycle. Actuellement, elle est en période de rédaction pour son projet de maîtrise qui porte sur la réappropriation comme geste politique dans l’œuvre de Nadia Myre. Maude cultive un grand intérêt pour les pratiques artistiques politiques et engagées. Son coup de cœur pour les pratiques d’artistes autochtones est né à la vue de l’œuvre Fringe de Rebecca Belmore lors d’un cours universitaire. Employée de l’UQAM depuis 2017, elle travaille comme assistante de recherche auprès de Dominic Hardy. Elle est également bénévole depuis 2 ans à la Foire du papier et se joint à l’équipe de la revue Ex_situ à titre de rédactrice web à l’hiver 2017.

ESTELLE BONHOMET-PROULX | WEBMESTRE

Estelle termine présentement son baccalauréat en histoire de l’art et poursuivra ses études aux cycles supérieurs en septembre prochain. Pour elle, il est nécessaire de démocratiser l’art et de le rendre accessible, notamment par des pratiques artistiques qui explorent la médiation culturelle. En accordant un intérêt particulier aux pratiques engagées, Estelle est passionnée par la sculpture dans le champ élargi, l’artisanat et la performance. Estelle participe également au festival artistique Le Maquis à titre de co-comissaire et depuis janvier 2018, elle s’implique auprès de la revue Ex_situ en tant que Webmestre.

CHARLIE CARROLL-BEAUCHAMP | RÉDACTRICE WEB

Charlie est titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université de Montréal et présentement candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’UQÀM. À travers ses recherches, elle s’intéresse à l’hégémonie de la vue présente dans les arts visuels, son influence dans l’écriture de l’histoire de l’art, ainsi qu’aux alternatives polysensorielles proposées par certain(e) s artistes contemporains. Son étude de cas porte sur la pratique de l’aveuglement volontaire chez l’artiste québécoise d’art actuel Raphaëlle de Groot. Guide et ambassadrice durant l’édition 2017 du Festival d’art contemporain Art Souterrain, son attrait pour l’éducation l’a pousse à vouloir transmettre sa passion par une approche pédagogique et médiatrice de l’art. Elle affectionne particulièrement le contact avec les gens, ainsi que la possibilité d’échanger et de communiquer sur les diverses pratiques artistiques.

GENEVIÈVE MARCIL | RÉDACTRICE WEB

Étudiante à la maîtrise en histoire de l’art, Geneviève se passionne pour les arts visuels et les divers enjeux sociaux que ceux-ci soulèvent. Elle tente de concilier cet intérêt avec son penchant pour les langues étrangères et la traduction en étudiant la scène artistique ouest-allemande des années 1960 dans le cadre de son mémoire. Comme l’atteste son expérience passée en tant que coordonnatrice au sein de l’organisme Art souterrain, voué à l’installation d’œuvres contemporaines dans des lieux publics de la métropole, elle s’intéresse également à la scène culturelle montréalaise et à son rayonnement dans une visée démocratique.

HANIEH ZIAEI| RÉDACTRICE WEB

Dans le cadre de ses recherches en sociologie de l’art et de la culture, Hanieh Ziaei travaille sur le croisement et l’articulation entre l’art, la culture et la société avec un intérêt particulier porté à la question de la censure en arts, de la résistance créative des artistes et de l’expression artistique des artistes en exil. Elle s’intéresse au contre-pouvoir des artistes et aux dimensions politiques et sociales de l’art contemporain. De par sa triple culture aux carrefours de Montréal, Bruxelles et Téhéran, elle s’est engagée à rendre davantage visible les artistes dits de la diversité culturelle – avec une spécialisation sur la pratique des artistes iraniens. Elle est également chercheure en résidence à l’Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (OMAN) de la Chaire Raoul-Dandurand à l’UQÀM et membre du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) à Paris et du Centre d’Études de la Coopération Internationale et du Développement (CECID) de l’ULB à Bruxelles.

DAPHNÉ JEANNOTTE| RÉDACTRICE WEB

Titulaire d’un certificat en scénarisation cinématographique, Daphné réoriente ses études en histoire de l’art, à l’UQÀM, où elle est maintenant étudiante au baccalauréat. Une fois bachelière, elle compte poursuivre ses études aux cycles supérieurs en muséologie. Les enjeux entourant les Premières Nations et l’égalité des genres sont des thèmes qui l’affectionnent particulièrement. Elle estime que la guérison des problématiques entourant les peuples autochtones passe, entre autres, par l’expression des formes artistiques. Passionnée par la photographie, elle pratique ce médium dans ses temps libres. Daphné participe à la rédaction de la revue Ex_situ depuis février 2018.

ÉLYSE BOIVIN | RÉDACTRICE WEB ET CORRECTRICE

Elyse Boivin termine son baccalauréat en histoire de l’art à l’UQAM et y poursuivra ses études aux cycles supérieurs. Elle se passionne d’histoire et l’approche sociologique est au cœur de ses aspirations; en particulier les enjeux entourant l’avant-garde artistique russe. Ouverte sur les autres cultures, cet intérêt la souvent menée à explorer divers pays. De ce fait, elle a pu visiter quantité de musées qui n’ont cessé de faire croitre sa curiosité. Notamment en ce qui concerne les pratiques artistiques méconnues, telles que l’art exercé par les natifs hawaïens. De surcroit, la photographie actuelle a toujours été l’une de ses principales attaches; ayant déjà elle-même expérimenté le médium. Elle participe à la revue Ex_situ en tant que correctrice depuis novembre 2017 et en tant que rédactrice depuis février 2018.

FLORENCE FALGUEYRET | CORRECTRICE

Florence est présentement candidate à la maîtrise en littérature française, profil recherche-création à l’Université McGill avec le professeur Alain Farah. Ses recherches sont principalement axées sur la narration animalière propulsée via la fiction. Elle travaille aussi sur les mythes autochtones et les territoires nordiques. Elle est très intéressée par l’art, principalement la photographie, la performance, ainsi que la poésie. Elle a auparavant complété un baccalauréat en littérature française à l’Université de Montréal, et travaillé pour la revue littéraire Le Pied en tant que responsable du projet de poèmes-affiches. Elle participe à la revue Ex_situ en tant que correctrice depuis novembre 2017.

Publicités